Menu
Menu
DEVENEZ CONSTELLATEUR : nouvelle promotion en juin 2022
Close

Devenir médiateur en constellations

La formation des médiateurs en constellations et représentations euphoniques selon Idris Lahore comporte trois volets : une formation théorique et technique, une formation basée sur l'expérimentation, une formation personnelle à l'élargissement des perceptions représentatives.
La formation théorique et technique permet aux médiateurs de se familiariser avec toutes les techniques possibles de leur profession. Ils apprennent à choisir, puis à mettre en œuvre l'une ou l'autre des constellations suivantes, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients, donc étant plus ou moins efficace, parce que plus ou moins adaptée au problème présenté :

• les constellations familiales du type Hellinger
• les constellations systémiques structurelles selon Sparrer et von Kibed
• les constellations ancestrales selon von Kampenhout, qui réunit la tradition chamanique et les constellations de type Hellinger.
La formation basée sur le vécu et l'expérimentation se fait à tout moment, que l'on soit simple assistant dans la salle, représentant en scène ou apprenti constellateur.

Une qualité essentielle : l'humour
Si le médiateur n'apprend pas à prendre ce qui vient avec humour, les champs de forces avec lesquels il entre en contact (les souffrances, difficultés, intrications, secrets de famille...) finiront par l'écraser.
L'humour permet d'alléger la difficulté de ce travail. Mais attention, l'humour est bien ce sens du jeu et de la légèreté, associé à la connaissance que "tout passe", même les pires situations... Il n'est jamais, à aucun moment, dérision ou ironie et autres moqueries.
Une procédure de base

La représentation euphonique spécifique commence au moment où le médiateur invite l'un des demandeurs à venir s'asseoir à sa droite et lui demande d'exposer de nouveau son problème, en veillant à ce qu'il le fasse toujours en peu de mots.

Considérant que le champ de forces est présent dès que le demandeur est en contact avec son problème, ses explications et bavardages ne sont pas nécessaires pour que le champ de forces devienne actif.
Personne ne doit donc s'étonner que le médiateur ait tendance à poser très peu de questions, à demander très peu d'explications et à laisser très peu la parole au demandeur.
Le choix des problématiques traitées est fonction du sérieux avec lequel le demandeur envisage sa capacité d'être connecté à son problème, car cet élément favorise la présence d'une énergie suffisante dans le champ de forces.

Cette prise de contact entre le médiateur, le demandeur et son système ne peut pas se faire dans l'agitation. C'est la raison pour laquelle une des caractéristiques des médiateurs est qu'ils sont calmes, présents à eux-mêmes et totalement dédiés au problème du client et de son système. Ceci nécessite une forme de recueillement, de retour à soi, de recentrage. Pendant ce temps, il s'agit pour le demandeur d'être concentré sur son problème et rien d'autre.
"Le médiateur est totalement dédié
au problème du client"
Le médiateur sait quel type de constellation ou représentation il va mettre en œuvre et il en existe de nombreux types (une cinquantaine de types différents pour les seules constellations structurelles !).


Il invite le client à choisir des représentants pour un certain nombre de personnes ou d'éléments de son système, en lien avec son problème. Le demandeur les choisit sans réfléchir, plutôt intuitivement. S'il choisit par exemple un représentant pour son père ou sa mère, ce n'est pas en fonction d'une quelconque ressemblance, ni en réfléchissant et en comparant.
En effet, n'importe quelle personne fera l'affaire et plus cette personne semble être neutre par rapport à celle qu'elle doit représenter, plus facilement le demandeur entrera en contact avec les véritables sentiments et le véritable vécu des personnes qu'il a mises en scène, au-delà de la ressemblance superficielle.

La manière dont le demandeur a positionné les représentants dans l'espace est pour le médiateur une indication précieuse des lignes de force ou des brisures dans le système. Le médiateur questionne chaque représentant quant à ses sensations, émotions, pensées... Il peut soit déplacer lui-même un ou des représentants, soit leur demander de trouver un meilleur placement.
Une métamorphose de la structure
Le médiateur poursuit la métamorphose de la structure vivante par le silence ou les paroles qu'il prononce ou fait prononcer, avec ou sans mouvements, jusqu'à euphonisation de la structure et des représentants.

Il est évident que la qualité de ce travail dépend de nombreux facteurs : le savoir, le savoir-faire, les compétences, l'expérience... mais aussi (surtout ?) la qualité de présence, la force d'attention, l'intuition, l'inspiration, le niveau d'être personnel du médiateur.

Lorsque le médiateur sent que la nouvelle solution est suffisamment mise en lumière, qu'il n'y a plus de mouvement de la force, qu'on est arrivé au calme, à la paix, à l'ac
ceptation pour chacun, il peut décider de clore la représentation ou de mettre le client à la place de son représentant, pour lui donner un ancrage physique dans la perception de la nouvelle structure euphonique.

Enfin, le médiateur invite chacun à sortir de sa représentation et rappelle que la fin d'une représentation euphonique est toujours un nouveau début dans la vie, que l'effet peut être immédiat ou demander jusqu'à deux ans.

Les problèmes évoqués relèvent très souvent de la vie personnelle et intime des demandeurs et c'est la raison pour laquelle le médiateur demande instamment à tous les participants, et pas seulement aux représentants, de respecter la confidentialité en ne parlant pas de ce qu'ils ont vu pendant les représentations euphoniques.

Ne pas parler permet aussi de ne pas faire interférer des perturbations dans le champ de forces systémique qui vient d'être ouvert pour le demandeur. Les personnes qui ne sont pas capables de respecter cette indication sont toujours priées de s'abstenir de participer aux représentations.
Le problème du client
Souvent, le client, au moins dans un premier temps, est face à une situation qui le dépasse complètement ; il ne sait pas lui-même réellement ce qui se passe autour du problème qu'il expose, ni autour de la solution que lui propose la représentation euphonique.

Ce n'est qu'après, dans la vie, qu'il se rend compte qu'il a plus de force, que les situations se sont arrangées sans qu'il s'en soit vraiment rendu compte.

C'est comme si, un jour, un mois ou un an après, il se réveillait et que le problème avait disparu, évaporé !
Un travail préalable est nécessaire
Pour guider une représentation, il faut avoir acquis suffisamment d'équilibre en soi et dans son propre système familial pour ne pas introduire dans son travail des éléments appartenant à sa propre lignée, c'est-à-dire ses propres faiblesses, ses propres brisures.

Le médiateur doit avoir rééquilibré son système (sa famille actuelle et sa famille d'origine)... ou bien avoir une telle capacité de concentration et d'empathie que ce qui lui appartient en propre n'interfère pas avec le système de ses clients. Mais ceci est rare !

Par conséquent, un réel travail préalable de formation et de développement intérieur est nécessaire, qui passe par la réconciliation avec sa propre lignée, ses propres forces.

Cependant, certains apprentis médiateurs ont d'autres types de difficultés : ils peuvent avoir des handicaps cognitifs (ils n'ont pas assez de connaissances) ou des handicaps émotionnels (ils sont trop perturbés ou ne maîtrisent pas suffisamment leur monde émotionnel), ou encore des problèmes physiques qui ne leur permettent pas un apprentissage rapide ou habituel de la guidance des représentations euphoniques. Ces difficultés aussi doivent être résolues.
Développer une maturité suffisante
Lorsque le médiateur n'est pas arrivé à un degré d'équilibre personnel suffisant, il transmet nécessairement une perturbation à ses clients.

Or, ceci est une impossibilité, ce qui signifie qu'on ne peut pas devenir médiateur en représentations euphoniques tant qu'on n'a pas atteint un degré de stabilité et de maturité suffisant. Sinon, malgré soi (évidemment !), on fait du mal, l'âme de l'autre se rétracte à l'intérieur.
"Quand on travaille avec des méthodes subtiles, on ne peut pas mentir !"
Le médiateur est en contact avec quelque chose de plus profond que la conscience ordinaire, avec une âme qui souffre, qui recherche la paix, la réconciliation, l'équilibre.

Contrairement aux autres techniques de médiation qui ont cours ici et là, le médiateur en représentations euphoniques selon Idris Lahore se situe nécessairement à un haut niveau de prise de contact et de transmission de la force : la bonne volonté et le savoir technique ne suffisent pas.

Il faut une qualité personnelle suffisante pour que le médiateur sache se mettre lui-même complètement en retrait, afin de devenir un véritable serviteur des forces bienveillantes à l'œuvre. Et ce n'est pas simple...
Coline d'Aubret
Formatrice de médiateurs en constellations

Extraits d'article de la revue "Science de la Conscience n°25"
Les étapes possibles jusqu'au démarrage de la formation professionnelle en juin 2022
Les matinales de l'Ecole de Constellations Lahore
GRATUIT > Mercredis de 10h à 12h
Ce que avez toujours voulu savoir sur les constellations
Un atelier de 2h gratuit en ligne pour découvrir le métier de constellateur.
Venez rencontrer les enseignants d'ECLA. Prochain rendez-vous le 1er décembre.
Je m'inscris >
Stage pratique spécial professionnels de la relation d'aide
Stage en ligne a petit prix
Stage de 2 jours pour en savoir +
Ce stage s'adresse à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur les pratiques systémiques et la façon de travailler de l'ECLA.
En savoir plus >
Remplir son dossier de candidature
Bénéficiez d'un rendez-vous gratuit de 30min avec l'équipe pédagogique
Nous étudions toutes les candidatures et l'équipe pédagogique vous propose un rendez-vous préalable gratuit pour valider votre inscription.
Je candidate >